Faire un appartement séparé dans sa maison

Bonjour à tous,

Pour ceux qui me suivent, vous le savez, en 2011, suite à ma rupture et à l’annulation de mon partenariat enregistré, j’ai décidé de garder ma maison, et de reprendre la part de mon ex. Vous pouvez le voir lire dans des articles précédents. Dans ce but, en 2012 j’ai transformé l’atelier en appartement 2 pièces et demi que j’ai loué jusqu’à l’année dernière.

Fin 2014, je me suis retrouvé au chômage. C’est des choses qui arrivent. Malheureusement, deux ans auparavant j’avais fait le choix de passer à un 80%. Je me suis donc retrouvé avec un revenu de 70% du 80%. En gros, je gagnais 40% de ce que je gagnais au moment où la banque m’a refait un contrat d’hypothèque à mon seul nom. Durant cette période, j’ai décroché plusieurs missions de projet qui m’ont permis de continuer à vivre normalement et sans mettre en danger ma propriété.

Toutefois, arrivé fin 2015, avec le paquet de factures qu’on reçoit entre quelques mois, j’ai commencé à m’inquiéter sérieusement. A ce moment-là, je pensais encore exclu de déménager. Je n’imaginais pas mettre en location ma maison. Puis soudain, tout s’est accéléré. J’ai pris du recul, et considéré que ce serait pas si terrible. Je n’avais toutefois pas l’intention de virer mon locataire.

  • En janvier 2016, un ami habitant la région du Grand Genève avec sa famille trouve un job à 30 minutes de chez moi. Il cherche alors une chambre à louer pour la semaine le temps de faire son temps d’essai. Il cherchera ensuite un logement pour sa famille
  • En février 2016, coup de théâtre. Le locataire du 2.5 pces m’annonce qu’il part
  • En Mars 2016, je décide finalement que vivre dans le petit appartement et louer la maison serait le meilleur moyen d’assurer la sécurité de mon investissement. A ce moment-là, j’envisage la fin de mon délai cadre de chômage, qui doit arriver en septembre. Je demande au locataire s’il veut bien rester jusqu’à fin mai, et je le libère de chercher un nouveau locataire: Il accepte
  • En avril 2016, alors que je m’apprête à chercher un locataire pour la maison, l’ami qui me loue une chambre m’annonce que il veut s’installer dans la région avec sa famille. Il adore la maison, la montre à sa famille, tout le monde adhère. Un bail est signé pour juillet
  • En juin 2016, je fais refaire l’ensemble du plancher du petit appartement. Souvenez-vous (si vous suivez le blog): un dégât d’eau dès les débuts m’avait forcé à faire refaire la salle-de-bains. Malheureusement, le plancher étant identique sur toute la surface, l’eau est restée et s’est étalée, puis, par capillarité, celui-ci a pourri jusque dans le séjour, provocant odeurs de moisissures, bosses sur le sol, et, une fois démonté, j’ai découvert de grandes plaques de pourritures…
  • En juillet 2016 j’emménageais dans cet appartement, et mon ami et sa famille s’installait dans la maison

Bilan: après presque une année, je trouve mon petit appartement tout à fait vivable. Il est vrai que passer de 160 m2 à 48 m2 a été très compliqué. Ca m’a obligé à faire de l’ordre… beaucoup d’ordre. Au final, je suis beaucoup moins encombré. Côté investissement, je n’ai plus le couteau sous la gorge. Je suis très heureux d’avoir eu l’opportunité de faire cet appartement dans l’atelier. C’est maintenant quelque chose que je conseille à toute personne construisant une maison. D’un premier abord, il peut paraître étrange de prévoir un appartement séparé dans une maison que l’on souhaite individuelle, mais ça a plein d’avantages:

  • En cas de revente, c’est une plus-value importante
  • Si on a des enfants, le plus grand pourra prendre possession des lieux plutôt que de s’éloigner
  • En cas de profession libérale, on peut l’utiliser pour son entreprise
  • En cas de séparation, on peut le louer, ou y déménager

Et si c’est prévu dès la construction de la maison, il y a tout à fait moyen de s’organiser pour que l’impact « voisinage » soit minime.

Il faut savoir que si vous souhaitez mettre un appartement locatif dans votre maison, celui-ci peut-être pris en compte par la banque dans vos revenus, pour autant qu’il y ait un bail à terme. En effet, si vous louez un bien à 1000CHF par mois, la banque prendra en compte 12’000CHF de revenu ajouté à vos revenus. Ça peut permettre d’augmenter un peu la dette pour se permettra l’appartement en question.

Je conçois que lorsqu’on prévoit son petit nid douillet, on est à mille lieues de penser à des problèmes potentiels, mais si vous êtes lucides, vous savez que la vie réserve toujours son lot de surprises. Dès lors, pourquoi ne pas prendre les devants. Et au vu des avantages cité, je pense que ça vaut la peine dans tous les cas de figures.

Et vous, qu’en pensez-vous ? Donnez-moi votre avis en commentaire.

Savez-vous quel air vous respirez dans votre sommeil ?

qualitedelairVoilà 6 ans que ma maison est construite. Je n’ai jamais remis en cause l’efficacité de la ventilation double-flux (VMC). Pourquoi l’aurais-je fais ? comme vous, j’ai fait confiance aux professionnels.

Il y a deux ans, j’ai eu une surprise de taille. Mais avant, un petit point sur le CO2:

Le CO2 est un gaz résultant de combustion. Vous en avez tous entendu parlé, puisqu’on le considère l’un des plus important contributeur au réchauffement climatique. Mais saviez-vous que c’est celui que nous expirons tous à chaque respiration. Beaucoup d’entre nous ont déjà essayé de respirer dans un sac en papier, de se cacher le nez avec son pull après un lâché odorant par un indélicat ou de se mettre sous sa couette pour se cacher: au début, pas de problème, mais très vite, la respiration s’accélère. Le pouls également puis très vite, le sentiment clair de manque d’air devient insupportable et l’instinct pousse à sortir de la situation courante pour reprendre son souffle. C’est l’expérience du CO2. Lorsque nous respirons un air vicié, le CO2 remplace une partie de l’oxygène dont nous avons besoin et le confort s’en ressent vite. Plus le taux de CO2 est élevé, plus l’inconfort est important, jusqu’à pouvoir porter préjudice à la santé. Les personnes les plus sensibles sont bien entendu les personnes ayant des difficultés ou des faiblesses respiratoires: Gros fumeurs, asthmatiques, bronchitiques, etc…

Le CO2 dans l’air ambiant se mesure en parts par million (PPM). 10’000 ppm = 1% de CO2 dans l’air ambiant.

Voici quelques indications sur les concentrations de CO2 ainsi que son effet:

  • 350 – 450 ppm Concentration atmosphérique typique
  • 600 – 800 ppm Qualité acceptable de l’air intérieur
  • 1 000 ppm Qualité tolérable de l’air intérieur
  • 5 000 ppm Limite moyenne d’exposition d’au plus 8 heures
  • 6 000 – 30 000 ppm Danger, courte exposition uniquement
  • 3 – 8 % Augmentation de la fréquence respiratoire, maux de tête
  • > 10 % Nausée, vomissement, perte de conscience
  • > 20 % Perte rapide de conscience, mort

Un adulte expire en moyenne 20 litres de CO2 par heure. En une nuit de 8h, cela représente un volume d’environ 160 litres. Si on prend une chambre de 10m2 avec 2.5m de plafond, qui nous donne un volume de 25m3 soit 25’000 litres (désolé pour les maths),  il aura remplacé 0.64% du volume par du CO2. Bien sûr, il est très rare d’avoir un environnement 100% étanche, dès lors, la concentration réelle n’est pas si élevée au bout de la nuit. Quoi qu’il en soit, elle reste élevée et peut poser un problème.

Dans une construction moderne, l’accent est mis sur l’étanchéité et l’isolation de l’habitat. La ventilation mécanique devient indispensable et est, d’ailleurs, imposée dans le cadre par exemple de certifications de type Minergie. Celle-ci permet de renouveler l’air afin d’éviter l’accumulation de Co2, d’humidité, et autres gaz toxiques. Ma maison, certifiée Minergie-P est donc équipée d’une ventilation à double flux. Trois niveaux de ventilations sont possibles. Le niveau 2 est celui conseiller au quotidien. Le niveau 1 plutôt lorsque la maison est vide, et pour éviter l’accumulation d’humidité, et le niveau 3 permet de renouveler complètement l’air en quelques heures lorsqu’il y a du monde ou après une bonne raclette. La ventilation double-flux, comme son nom l’indique, fait circuler un flux entrant, et un flux sortant qui ne se mélangent jamais. Le flux entrant est pulsé dans les pièces de vie: chambres, séjour. Le flux sortant aspire l’air dans les pièces humides: cuisine, salles d’eau, cellier. Les deux flux sont équilibrés. Il entre forcément autant d’air qu’il en sort. Reste que les flux sont distribués indifféremment dans les pièces. Il n’y a pas de mécanisme permettant, par exemple, d’envoyer plus d’air dans une pièce et moins dans une autre. Afin de permettre à l’air pulsé de sortir des chambres lorsque les portes sont fermées, un espace de 8 à 10mm est nécessaire sous celles-ci.

Revenons donc à la surprise. Il y a deux ans, j’ai eu pendant deux mois une personne qui dormait dans la chambre d’ami de ma maison. Justement une chambre de 10m2 dans laquelle l’air est pulsé par ma VMC. Dès les premières nuits, cette personne, un gros fumeur qui ne se savait pas asthmatique, n’a plus eu aucun doute sur sa condition. Après quelques heures dans la chambre fermée, je l’entendais tousser. Il se plaignait de manquer d’air, et ressentait un fort besoin d’ouvrir porte et fenêtre. Je me suis inquiété. Je dois avoué qu’il m’était déjà arrivé qu’une personne se plaigne de ressentir un manque d’air dans cette chambre, mais sans plus. Là, c’était plus grave: ses crises d’asthmes étaient inquiétantes. Il a fini par dormir toutes les nuits avec la fenêtre en imposte.

C’est là que, inquiet, je me suis équipé pour mesurer la qualité de l’air dans les chambres. Netatmo venait de sortir sa station connectée, justement équipée d’un détecteur de CO2 en plus d’un thermomètre et d’un hygromètre. J’ai donc acheté un ensemble avec 3 modules. J’ai mis la base dans le séjour, et un module dans chaque chambre. Et là, ça a été le choc: dans la chambre de l' »asthmatique », porte et fenêtre fermée, la concentration de CO2 montait à presque 5000ppm alors que la ventilation fonctionnait au niveau 2, donc le niveau recommandé. Pourtant, dans le séjour, le CO2 restait à un niveau tout à fait supportable. Il dépassait rarement 800ppm durant son occupation. Dans ma chambre, un peu plus grande que la première, j’ai mesuré des taux de 3500ppm lorsque je dormais seul, et 4800 à 5000 lorsque j’étais accompagné.

J’ai contacté l’architecte et le fournisseur. Ce dernier ne m’a pas pris au sérieux dans un premier temps. Il a remis en cause le détecteur Netatmo et m’a mis à disposition un autre détecteur sorti de ses tiroirs: je n’ai pas eu de surprise de constater les mêmes concentrations. C’est alors qu’il s’est déplacé. Dans un premier temps, il a augmenté le débit de la ventilation, passant de 120 à 130m3/h. L’effet a été immédiat, bien que modéré. La concentration est descendue d’environ 500ppm au bout de la nuit par rapport aux nuits précédentes. Ca restait insuffisant.

Plus j’y réfléchissais, et plus pour moi le problème était simple à comprendre: Le CO2 est plus lourd que l’air. Il s’accumule donc par le bas. Or, ce que je constatais dans ma chambre, c’est que dès que la porte était ouverte, la concentration de CO2 chutait rapidement. Je dormais donc dans un aquarium qui se remplissait de CO2 durant la nuit, et se vidait dès que j’ouvrais ma porte… Le fournisseur est revenu, et a essayé de régler le problème avec … du scotch ! en essayant de limiter le débit d’air dans les autres chambres… efforts inutiles. Le principe était dès ce moment-là pour moi très clair: Lorsque la porte était fermée, il y avait résistance. Dès lors, l’air était redirigé vers les grilles d’aérations qui rencontraient le moins de résistance, celles du séjour. A moins de pouvoir installer un système de régulation par grille, il serait impossible d’obtenir une meilleure ventilation des chambres fermées. On peut comparer le problème à ce que l’on constate lorsque l’on bouche la buse d’un jacuzzi. Il y a résistance, l’eau sort donc avec plus de force des autres buses.

A ce jour, le problème n’est toujours pas réglé. J’ai trouvé une solution qui pourrait bien être satisfaisante. Toutefois, bien sûr, légalement je ne peux plus rien contre le fournisseur. Il aurait fallu porter plainte auprès d’un juge tout de suite, permettant ainsi un effet suspensif automatique de la garantie pour vice caché. Je ne l’ai pas fait. Je suis toujours en contact avec le fournisseur, mais il a beaucoup de peine à appréhender le problème, et surtout, soyons honnête, il ne sait pas comment le réglé (sans dépenser de l’argent). Il m’a même proposé de remplacer la ventilation (à ma charge bien sûr), pour une ventilation avec un détecteur de CO2… dans le conduit d’évacuation. Si vous avez suivi, vous saurez que ce serait totalement inutile. Le taux de CO2 global ne dépasse jamais les 800 à 1000ppm, et l’air qui sort de la chambre est dissous dans l’air de la maison avant d’être évacué dans par les pièces humides. La solution serait de placer des bouches d’air Zehnder à CHF 160.00 la pièce – particulièrement conçues pour garantir une isolation acoustique tout en garantissant un libre passage de l’air – près du sol dans chaque chambre, dans la porte ou dans le mur entre la chambre et le couloir, favorisant l’expulsion de l’air vicié de la chambre. Ceci a donc un coût: celui des bouches d’air, et celui des travaux qui vont avec.

La moralité de mon expérience est qu’il est indispensable que vous compreniez l’importance d’une bonne ventilation de votre maison, et l’impact d’une mauvaise architecture de la solution d’aération. Jusqu’à la démocratisation de détecteurs de type Netatmo, personne n’avait l’habitude de vérifier le taux de CO2 dans sa chambre. Mais combien d’entre vous ressentent une oppression, un inconfort, dans sa chambre à coucher, sans vraiment savoir pourquoi et fini par ouvrir la porte ou dormir la fenêtre ouverte ?

Maintenant vous savez: Si on vous vend une solution de ventilation mécanique dans votre maison, exigez qu’on vous mette à disposition un détecteur de CO2 dans les chambres les premières nuits, ou équipez-vous, et contrôlez que la ventilation a été architecturé correctement. Pour ma part, j’ai la conviction qu’une majorité des solutions aujourd’hui installées posent le même problème que la mienne. Sans un distributeur d’air avec réglage de débit par chambre, il est impossible d’avoir un débit équilibré dans toutes les pièces. Quant au détecteur de CO2 dans le flux sortant, c’est de l’argent jeté par la fenêtre. Si la ventilation offre un débit adapté au volume de la maison, le taux de CO2 global ne montera jamais à un niveau nécessitant d’être alerté. Je ne connais pas le marché, je n’ai pas fait des heures et des heures de recherche sur les produits existant. Mais le produit idéal pour moi est le suivant:

Une VMC avec détecteur de CO2 dans chaque grille d’air pulsé, et une gestion électronique et centralisée des flux automatique par grille qui règle constamment le débit en ajustant par exemple, des volets devant les grilles des différentes sorties d’air pulsé.

Ouvrir les fenêtres quand on a une VMC

La plus grande légende qu’il m’ait été donné d’entendre depuis que j’envisage de faire une maison avec une VMC (ventilation contrôlée) est que lorsqu’on a une VMC, on n’a pas le droit d’ouvrir les fenêtres.

Bon. Restons dans le contexte de la maison individuelle. Car j’imagine que dans un immeuble, avec une VMC distribuée dans tous les appartements, si un locataire laisse ses fenêtres ouvertes en permanence, ça risque bien d’avoir un impact. Quoique !

Retour donc dans le cadre de la villa unifamiliale. Ca va faire quatre ans que j’habite ici. Comme le temps passe. Je me suis mis à cuisiner récemment, ce qui n’était pas le cas jusqu’ici. Et lorsqu’on fait une grosse marmite de ratatouille, qui mijote une à deux heures, l’odeur est vite envahissante et persistante. Il y a une semaine, après avoir fait une telle marmite, alors qu’il faisait 8°C dehors, j’ai ouvert grand deux baies vitrées au rez, et deux fenêtres à l’étage afin de faire un grand courant d’air. Et j’ai laissé ouvert 2h. la température intérieur est passée de 21°C à 13°C… évidemment.

Dès que les fenêtres ont été fermées, la température est remontée à 20°C sans difficulté, et sans avoir besoin de faire du feu. Bien sûr, si cette opération ne m’a pas fait mal au porte-monnaie, c’est aussi parce que je n’ai pas de chauffage. Pour rappel, j’ai une maison certifiée Minergie-P dans laquelle je n’ai pas fait installer de chauffage si ce n’est un poêle d’appoint.

Moralité: Oui, on peut ouvrir les fenêtres comme on en a envie, quand on en a envie. Les conséquences peuvent être une augmentation de la consommation d’énergie. Après, tout dépend de comment est conçu votre maison. Dans mon cas, au pire, c’est quelques bûches de plus pour récupérer un ou deux degrés perdus dans l’opération.

Je souligne toutefois, et pour conclure, que j’ai beaucoup de béton chez moi. L’inertie est donc importante. Comme nous avons eu deux semaines de soleil, ma maison a eu l’occasion d’accumuler de l’énergie dans le béton que celui-ci me rend. Ca explique aussi que je n’ai perdu qu’un ou deux degrés.

Pensez-y …

J’ai lavé mes fenêtres. les oiseaux ne me remercient pas !

L’effet « sauvez-les-oiseaux » est confirmé.

Depuis quelques mois, j’ai un chantier devant chez moi. Ce qui devait arriver arriva: On me construit deux immeubles en bord de jardin. La poussière générée n’a pas arrangé mes fenêtres, et j’ai fini par craquer. J’ai lavé mes fenêtres.

Je confirme mon article d’octobre dernier: les fenêtres sales sauvent les oiseaux. En effet, deux jours après avoir nettoyé mes baies vitrées, un premier oiseau est venu s’y casser le cou…

Laver les fenêtres ? ou pas ?

Voilà maintenant un peu plus de deux ans que je suis dans la maison. Et voilà plus de deux ans que je n’ai pas lavé les fenêtres. Il y a deux raisons principales à cela. La première, c’est les oiseaux.

En effet, en cherchant la meilleure façon d’éviter que les oiseaux ne se tuent contre mes baies vitrées, j’ai pu lire sur internet que les formes de rapaces, ou d’autres leurres ne faisaient leur office qu’un certain temps. Les oiseaux ensuite s’habituent et reconnaissent qu’il ne s’agit pas d’une menace.

La meilleure façon de sauver les oiseaux est de faire en sorte que la vitre ne soit pas totalement transparente. A partir de ce constat, il y a peu de solutions:

  1. Coller des décors sablés, limitant du coup la visibilité de l’intérieur, mais rendant la vitre « solide » et donc visible pour les oiseaux
  2. Ne plus nettoyer les vitres. En effet, du moment que la vitre est sale, les oiseaux peuvent voir l’obstacle.

J’ai donc choisi la seconde solution. Soyons honnête, l’effet secondaire de ce choix est que je n’ai pas besoin de prendre l’échelle pour nettoyer mes baies fixes à l’étage.

Et cette année, je n’ai entendu qu’un seul impact, alors que  les années précédentes, je les comptais par dizaine. C’est les chats qui font la gueule…

Toutefois, aujourd’hui je me pose une question: Quel est l’impact sur la durabilité de mes fenêtres ? Dois-je m’en inquiéter ? Je ne me fais pas trop de souci pour le verre. C’est durable, et ce n’est pas un peu de crasse qui va le rendre fragile. Qu’en est-il des cadres sachant que mes fenêtres sont en bois. D’un certain côté, je me dis que la saleté protège la peinture. Est-ce si stupide ? ou au contraire, est-ce que la saleté à tendance à affaiblir la peinture et risque de m’obliger à repeindre les cadres plus vite que si je les nettoyais ?

 

J’en appelle à vos avis et témoignages 🙂

Un appartement locatif dans ma villa

Voilà un moment que je n’ai pas donné de nouvelles. j’ai négligé mon blog. Désolé pour les lecteurs réguliers.

Voilà maintenant un peu plus de six mois que l’appartement est terminé dans l’atelier. budget: Environ 80kCHF. Il faut dire que j’ai tiré au maximum vers le bas, car j’ai du financer moi-même les travaux, la banque n’entrant pas en matière sur une rallonge d’hypothèque. C’est finalement pour le mieux.

Par contre, on le dira encore et toujours, le bon marché est toujours trop cher. Résultats: Dégâts d’eau dès les deux premières semaines. Les raisons sont multiples et je n’ai pas envie de m’étaler dessus. Mais je peux affirmer que si j’avais fait appel à un professionnel du domaine, ça ne serait pas arrivé.  Heureusement, l’assurance a pris en charge les réparations. Je m’en tire à bon compte. Et j’en tire une leçon: Un indépendant qui prétend pouvoir tout faire ne le peut pas. Chacun son métier… Je m’en souviendrai, c’est sûr.

Je mettrai dans la galerie quelques photos de l’appartement, dès que j’en ai l’occasion. Le locataire quittant les lieux à la fin du mois, j’aurai une occasion d’en refaire.

Il s’agit donc au final d’un appartement de 2 pièces et demi composé d’un grand séjour/cuisine d’env.  35m2, une salle de bain d’env. 3m2 et une chambre d’env. 10m2. Au début, je pensais qu’il serait nécessaire de faire des tranchées dans le radier pour mettre l’écoulement des WC. J’avais oublié que le maçon avait mis un gros écoulement pour l’évier de l’atelier. MERCI ! Grâce à lui, j’ai pu mettre en place des WC sans avoir à engager de grands frais en maçonnerie.

L’atelier ne faisait pas partie de l’enveloppe Minergie-P. Il a donc fallu l’isoler, ce que nous avions commencé avec mon ex avant notre rupture. 20cm au mur, 16cm au plafond, 6cm au sol. Côté chauffage, des radiateurs à rayonnement. Très efficaces, et petits consommateurs. Un vrai plaisir. Bien sûr, j’ai fait poser un compteur séparé, le chauffage est donc à la charge du locataire directement. Le plancher est composé d’une étanchéïté, d’une fine couche de sable, de panneaux agglomérés, et enfin d’un parquet en liège ciré. Agréable, souple, silencieux.

Pour l’eau, et les écoulements de la cuisine, nous avons percé le béton entre l’atelier et le local technique. Heureusement, il y avait encore la place de mettre deux raccords sur l’eau chaude et l’eau froide. J’ai fait percer une fenêtre dans ce qui était la cave et est devenu la chambre à coucher. C’est le jour et la nuit (c’est le cas de le dire). C’est très lumineux. Une petite VMC autonome a pris place à côté de cette nouvelle fenêtre. A la base l’architecte m’avait conseillé de mettre deux VMC autonomes: une dans la salle de bain et une dans la chambre. J’ai refusé pour des questions de budget. je le regrette un peu. Mais je peux toujours ajouter la seconde plus tard. Pour l’instant la salle-de-bains est équipée d’une simple extraction à minuterie, couplée à la lumière. Rien de plus classique, bruyant, et inefficace 🙂

Le locataire profite d’une terrasse en gravier de 24m2. Celle que l’on avait fait pour l’atelier, bien sûr. Il ne s’en est pas plaint cet été 🙂

Un point très positif est qu’on ne se voit pas, on ne s’entend pas… j’ai toujours l’impression d’avoir une maison individuelle, et le locataire n’a en tout cas pas l’impression d’avoir un voisin. C’est idéal.

Le loyer est de 1150CHF + 30CHF de charges. Les 30CHF de charges couvrent le chauffage de l’eau en hiver (le soleil ne suffisant pas, il est complété par l’électricité), ainsi que la consommation d’eau, et le travail administratif, le chauffage de l’appartement étant, je le rappelle, à la charge du locataire.

Au printemps dernier, j’ai eu un peu de peine à trouver des locataires. Très peu de visites, loyer trop cher… Alors que ce mois-ci, c’est allé très vite. Deux jours après l’annonce,  j’avais déjà trois contacts. J’en suis heureux. L’appartement plait au premier contact. Il faut dire qu’il est bien équipé: Cuisine (Ikea) complètement agencée, et équipée (y compris lave-linge et sèche-linge). Et franchement, pour l’emplacement, la jouïssance du jardin et d’une terrasse, une place de parc incluse, le prix n’est pas abusif, loin s’en faut.

C’est un apport non négligeable. Et c’était une condition pour que la banque m’accorde l’hypothèque en mon seul nom. Il ne me reste plus qu’à rembourser une dernière partie de fonds propres à mon ex, et cette affaire sera réglée. Quel soulagement.

Par contre, je vais devoir prendre ça en compte dans mes revenus maintenant, et ça va jouer sur les impôts. Voilà qui ne m’enchante gère, d’autant que quand j’ai demandé un nouveau calcul de mes acomptes après un changement de revenu, j’ai oublié ce détail.

Bref… Tout ça pour dire que un appartement dans une villa, c’est une bien bonne idée. Dans mon cas, j’ai vraiment eu de la chance qu’on fasse cet atelier. Sans quoi, il m’aurait été impossible de faire un appartement après coup… Et je n’aurais sûrement pas pu reprendre la maison. Et beaucoup d’éléments ont joué en ma faveur… Comme l’écoulement large, la cave qui étiat juste assez grande pour en faire une chambre, le fait de pouvoir y faire une fenêtre, comme elle était semi-enterrée….

Que du bonheur 🙂

Petit point sur le poêle Skantherm Solo

Voilà lontemps que je ne suis pas revenu sur le sujet.

Si vous avez lu mes précédents billets, j’ai eu toutes les difficultés du monde à faire fonctionner mon poêle correctement. Aujourd’hui c’est bon. Toutefois, j’ai plusieurs réserves, et je suis très mécontent et du fournisseur, et du fabricant. A qui la faute, personnellement je m’en tape. Je n’ai pas assez tapé du point sur la table à l’époque et je le regrette. Maintenant je dois vivre avec jusqu’à ce que je puisse changer ce poêle.

  1. Le poêle est toujours relativement bruyant (dilatation). C’est désagréable
  2. Le poêle qui m’a été installé n’est PAS un poêle pour arrivée d’air extérieur. C’est juste incroyable: L’air arrive dans le caisson inférieur du poêle, sans aucune isolation. L’arrivée n’est pas directement reliée au foyer. Bonjour le pont de froid. J’ai fait installer par le fumiste de l’isolation dans le caisson (laine de pierre) ainsi qu’un clapet sur le tuyau t’arrivée, que je ferme quand je ne fais pas de feu. Ca limite les dégâts.
  3. Le clapet du foyer a un gros défaut. C’est pour ça que je n’arrivais pas à tenir un feu correctement pendant le premier hiver. Lorsqu’il est ouvert au maximum (normalement, pour l’allumage, donc), en fait, l’arrivée d’air est partiellement coupée. Du coup, le feu prend mal. Je suis obligé de pousser le clapet d’environ un demi centimètre pour avoir l’effet désiré, à savoir, une entrée d’air maximum. Il a fallu du temps pour le réaliser. Et encore une fois, c’est pas les professionnels qui s’en sont rendus compte.

Bref…. Si on vous propose un Skantherm Solo, fuyez. Et quand on vous installe un poêle, hésitez pas à taper du point sur la table pour obtenir ce que vous espérez. J’aurais du exiger le changement du poêle (marque et modèle) il y a bien longtemps. Mais bon, on est toujours plus intelligent après.

L’impact de la vie de famille sur la température intérieur

Un de mes problèmes, c’est d’être célibataire… Bon… Le fait d’être seul, d’avoir personne avec qui partager, c’est une chose… Mais être dans une maison à faible consommation, seul, ça pose aussi un problème de chauffage.

Cet hiver, lorsqu’il fait entre 0 et -10°C à l’extérieur, j’ai souvent 18°C le matin dans la maison. Oui oui ça reste très raisonnable, et je ne m’en plains pas. Je fais un feu, et hop, la température remonte de 2°C de confort.

L’objet de ce poste est plutôt de démontrer que une famille de 4 personnes n’aurait pratiquement pas à faire de feu pour être à l’aise.

Pourquoi cet article aujourd’hui ? Parce que j’ai fait mon repassage…. Si si… C’est assez rare pour le noter. Et du coup, la température dans mon séjour est montée d’au moins 1°C. Pas mal non ?

Personnellement, je prends une douche chaude par jour voire tous les deux jours. Je cuisine au maximum une fois par jour, souvent moins. Je fais du repassage qu’une fois tous les mois environ, et je fais environ deux lessives par semaine.

Une famille d’au moins quatre personnes, ça représente: 2 à 8 douches chaudes par jour (ça dépend des habitudes de chacun), de la cuisine au moins une fois par jour, parfois deux, voire trois. La télévision tourne bien plus souvent que lorsqu’on est seul, et parfois, il y a même plusieurs télévisions, ou ordinateurs. Repassage une fois par semaine la plupart du temps, et 4 à 8 lessives. Encore une fois, ça dépend des habitudes.

Bref. Beaucoup plus de dégagement de chaleur. Sans compter bien sûr le dégagement de chaleur de 4 corps au lieu de 2. Ca fait encore une différence.

Alors n’hésitez plus… N’ayez pas peur. Une maison bien isolée, et bien habitée n’a vraiment pas besoin d’une dépense de 30000CHF à 40’000CHF pour une pompe à chaleur et un chauffage dans le sol.  Et si vraiment vous avez peur, et pas envie de vous prendre la tête à allumer des feux régulièrement, mettez plutôt 10’000CHF dans un peoele à pellet automatique, au lieu de mettre 5000’00 dans un peole à bûche…

Chauffage d’une maison Minergie-P

Si vous avez suivi le blog depuis ses débuts, vous le savez. Je n’ai pas de chauffage dans ma maison à l’exception d’un poêle 6kwh.

J’ai commencé à chauffer il y a environ 3 semaines à raison en moyenne de un feu tous les deux jours. Bien sûr, quand il fait gris toute une semaine, c’est plutôt tous les jours. Et quand il y a du soleil, je ne fais pas de feu.

Après 3 jours d’absence, et un temps gris, il faisait 17.8°C dans la maison. J’ai recommencé à chauffé, et j’ai entre 19 et 21°C, sachant que quand je chauffe, il s’agit de faire un feu avec 2 à 4 morceaux de bûches. Bref. Je pense que l’hiver ne va pas me couter cher à nouveau.

 

Côté eau, je n’ai pas encore utilisé l’électricité. Je marche sur les panneaux solaires. Mais là, j’arrive au bout de ma réserve d’eau chaude, et il fait gris. En plus, le système électrique est en panne, malgré le petit bouton reset du thermostat (il faut savoir que le thermostat, semble-il, disjoncte si la température du boiler monte à plus de 90°C ou 95°C pendant l’été, ce qui est le cas). Donc j’attends qu’on vienne me dépanner. Mais là, il va falloir qu’ils commencent à se dépêcher. Sinon je ne vais pas tarder à prendre des douches froides.

Atelier en appartement – Status Quo

La discussion est entre les mains des avocats maintenant. Malheureusement. Mais c’est peut-être plus raisonnable, car la communication avec mon ex est devenu trop difficile pour tous les deux. Je pense que les émotions et les contentieux émotionels entravent le dialogue raisonnable.

Quoi qu’il en soit, j’ai plein d’idée et suis prêt à faire un appartement dans l’atelier. J’attends que la situation se débloque. J’ai placé une annonce sur internet pour voir la demande et j’ai déjà plusieurs contact. J’ai montré à certains d’entre eux l’emplacement, des plans, et une vue 3D modélisée de l’appartement que je souhaite faire, et tous trouvent que c’est un très bel appartement très bien situé. C’est rassurant. J’espère juste pouvoir aller au bout.

Le cas échéant, je relaterai les travaux ici au fur et à mesure de la réalistation.

 

This website uses a Hackadelic PlugIn, Hackadelic SEO Table Of Contents 1.7.3.